KERNEL

CHORÉGRAPHIE 
Pierre Pontvianne

ASSISTANTE COLLABORATRICE
Laura Frigato

INTERPRÉTATION
Jazz Barbé, Clément Olivier, Léna Pinon-Lang
CONCEPTION SONORE
costume Pierre Pontvianne
CRÉATION LUMIÈRE
Victor Mandin
CRÉATION DÉCOR
Pierre Treille
Durée : 30 mn
PRODUCTION
Compagnie PARC
COPRODUCTION
Festival de danse de Cannes
CCN de Tours
(Accueil studio), Atelier de Paris / Cdcn

 RÉSIDENCE
CCN de Tours, Atelier de Paris / Cdcn, La Comète et l’Usine-Ville de St Etienne, Les SUBS – lieu vivant d’expériences artistiques, Lyon, Avec le soutien du Pacifique CDCN Grenoble.
CALENDRIER
17, 18 et 19 janvier 2023
Comédie de Saint-Etienne - FR
14 octobre 2022
Chaos danse - l’Astrée Villeurbanne, - FR
5 au 8 octobre 2022
Les Abbesses - Théâtre de la Ville, Paris - FR
9 juin 2022
Festival JUNE EVENTS à l’Atelier de Paris / CDCN - FR
30, 31 mars 2022
Les SUBS, Lyon - FR
04 décembre 2021
Commande Festival de danse de Cannes – FR


Pour Kernel, Pierre Pontvianne a travaillé un cœur, centre invisible autour duquel s’organise une danse très physique, où finesse de l’écriture et imprévu trouvent un équilibre inattendu.

Éclosion progressive, ensemble entremêlé, échappées, extractions … Alors que la fusion et l’éclatement du trio s'enchaînent, la tension et la clarté du mouvement tranchent la matière chorégraphique et d’étonnants points de rencontre entre les interprètes surgissent, comme venus de nulle part. Ces multiples coïncidences, échos et rebonds des corps confèrent à Kernel une musicalité tout à fait singulière. Ils en font un opus vif, hypnotique et fascinant.

Soutenue par la simplicité revendiquée de son cadre scénographique et dramaturgique, Kernel génère un chaos organisé, totalement intégré par les interprètes Jazz Barbé, Léna Pinon Lang et Clément Olivier. Il y a un flot dans Kernel qui semble pouvoir se prolonger bien au-delà de la pièce.

« … Avec Kernel, j’ai découpé, assemblé, démantelé, aggloméré le mouvement … Je l’ai confronté à un tumulte des corps que je situe à la convergence du pictural, du mathématique, du très dansé … Ce qui me touche, c’est la force d’un interprète à porter une écriture d’une grande précision, sans jamais oublier sa liberté d’interprétation, sa capacité à comprendre un cadre sans jamais se départir de sa singularité d’artiste. Un « je(u) » essentiel à la création, que j’entends jusque dans l’expression « art vivant » elle-même … » Pierre Pontvianne

Comme bien souvent, lorsqu'on regarde le travail chorégraphique de Pierre Pontvianne, se grave en nous, peut-être, cette affirmation existentielle, nécessaire : celle de la reconnaissance sensible, à part entière, de l'individu au sein du groupe.


For Kernel, Pierre Pontvianne worked on the idea of a heart: the invisible centre around which a very physical kind of dance is organised, where the finesse of the composition and unexpected occurrences find a surprising equilibrium.

Progressive genesis, an ensemble intertwined, evasions, extractions… While moments of fusion and rupture between the trio come one after another, the tension and clarity of the movement marks the choreographic material, as striking points of encounter between the performers emerge, as if out of nowhere. The multitude of coincidences, echoes and rebounding of the bodies confer upon Kernel a very singular musicality. They constitute a vivacious opus, both hypnotic and fascinating.

Reinforced by the assumed simplicity of the set design and dramaturgy, Kernel generates an organised form of chaos, totally integrated by the performers Jazz Barbé, Léna Pinon Lang and Clément Olivier. There is a kind of torrent in Kernel that seems as though it could extend well beyond the piece itself.

“… With Kernel, I cut up and assembled, dismantled and amassed the movement… I confronted it with a tumult of bodies that I situate at the convergence of the pictorial, the mathematical and the hyper-physicality of the dance. What touches me is the force of the performer, in their capacity to execute a very precise composition without ever forgetting their own freedom of interpretation; their capacity to understand a context without ever renouncing their own artistic singularity. An essential element of the creation (i.e. the individuality of interpretation), which I understand to be the very expression of the term art-vivant, in other words “living” art…” Pierre Pontvianne. 

As is often the case when one contemplates Pierre Pontvianne’s choreographic work, something imprints itself within us, like an affirmation both existential and necessary:  that of the sensitive recognition in their own right of each individual at the heart of each group.


Make a free website with Yola